Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 19:15

 

Printemps chaud ou sels nutritifs dans l'eau ? Les algues vertes sont présentes sur la Liane depuis avril...

Sur la Liane, des algues vertes ont fait leur apparition : faut-il s'en inquiéter ?
liane-algues-vertes.jpg
Les algues vertes gênent la navigation des embarcations sur la Liane.© La Voix du Nord
Si vous longez régulièrement la Liane à Boulogne-sur-Mer, vous avez sans doute remarqué les algues vertes qui pullulent sur le fleuve. Un phénomène relativement nouveau qui est apparu il y a quelques semaines. Peu esthétique, il pose différents problèmes.

PAR OLIVIER MERLIN

boulogne@lavoixdunord.fr PHOTO « LA VOIX »

Ça n'est pas encore la marée verte qui déferle en ce moment sur le nord de la Bretagne. Mais ça y fait penser. Depuis la fin du mois d'avril, une couche verte est apparue sur la Liane à Boulogne. En y regardant de plus près, pas de doute, des algues vertes ont bien recouvert le fleuve. Pas d'odeur pestilentielle à intoxiquer un cheval (comme en Bretagne) mais une présence plus qu'étonnante.

Les algues dans le gouvernail

« C'est relativement nouveau, explique-t-on au Boulogne canoë kayak. On voit ces algues pour la deuxième année.

 » Lors de l'International race Pas-de-Calais, en mai, des bénévoles du club ont même tenté en vain d'extraire ces algues. « C'est gênant car elles se prennent dans les gouvernails et dans les pagaies », indique-t-on toujours au club. De quoi s'agit-il exactement ? Difficile à savoir même si François Gevaert, algologue à la station marine de Wimereux dépendant du CNRS, a sa petite idée. « Je ne me suis pas rendu sur place mais cela ressemble à une algue verte d'eau douce, peut-être de la lentille d'eau, explique le chercheur. Son apparition est favorisée par une photopériode plus importante (lumière plus intense et plus longue NDLR) et par une augmentation de la température.

 » C'est justement ce qui caractérise ce printemps 2011 particulièrement sec et ensoleillé. Mais cela ne suffit pas à expliquer ce développement récent. « L'apparition de l'algue est liée à la présence de sels nutritifs dans l'eau. En Bretagne, les sels nutritifs proviennent du lessivage des terres agricoles par l'apport d'engrais. Dans la région, en bord de mer, on a imputé cela un moment à l'activité touristique(les stations d'épuration étant sous dimensionnées NDLR) mais aussi aux traitements par engrais. » Le chercheur se veut tout de même rassurant . « Les algues cessent de se reproduire quand elles ont absorbé les sels nutritifs. En Bretagne, il y a en a une quantité infinie, donc les algues sont présentes en grand nombre. Pas chez nous. » Pour l'instant ? •

A quelques dizaines de km de là, le marais Audomarois attend son label avec impatience.  La zone humide prend de l'essor... Après Ramsar, ambition du label UNESCO. Projet de réserve de la biosphère et mise en réseau. Faut-il se poser des questions ?

 

Le marais audomarois s'apprête à vivre deux jours déterminants pour son avenir

 

 

label-unesco-st-omer.jpg
Luc Barbier et Maud Kilhoffer, en charge du dossier MAB au parc naturel régional.© La Voix du Nord
Les membres du comité national Man and Biosphere (MAB) de l'UNESCO viennent découvrir le marais, aujourd'hui et demain, pour voir s'il mérite d'être labellisé. Un enjeu énorme pour la protection de la nature, du cadre de vie et le développement touristique et économique. Luc Barbier et Maud Kilhoffer, en charge de ce dossier au parc naturel, plantent le décor.

PROPOS RECUEILLISPAR DAVID MONNERY

saintomer@lavoixdunord.fr

Pourquoi vouloir décrocher un nouveau label ?

« L'origine de la réflexion remonte à 2007. À l'époque, on s'était lancé dans une évaluation de notre premier document d'objectif. On l'avait soumis à un comité d'experts en zones humides en leur demandant si on devait se gargariser d'avoir le plus beau marais de France, si cela valait la peine qu'on se batte pour lui, et si nos objectifs actuels correspondaient au territoire. Leur réponse a été "oui" car on a un marais habité et cultivé qui nous distingue des autres. Les experts nous avaient alors encouragés à obtenir les labels RAMSAR et MAB. C'est donc un objectif qu'on s'était fixé. On a été labellisé RAMSAR en 2008, ce qui fait que le marais audomarois est reconnu comme une zone humide d'intérêt mondial. Cela reste un petit label alors que l'UNESCO, ça parle à tout le monde. » Qu'est-ce que cela va changer si le marais obtient ce label ?

 

 « Déjà je crois pouvoir dire sans me tromper que tout le papier à en-tête des communes et intercommunalités va changer... En dehors de cet aspect d'image de marque qui donne une certaine aura au territoire ainsi qu'un sentiment de fierté, il faut savoir que ce label apporte 30 % en plus d'activité touristique. On serait la seule réserve de biosphère au nord de Paris. Avec en plus cette particularité d'être un territoire très habité, très humanisé puisque tout vient de la main de l'homme, et très gouverné car ça fait dix ans qu'on travaille avec le groupe travail marais de la CASO, qu'on est en lien permanent avec les associations - qu'ils soient favorables ou non -, etc. On reçoit d'ailleurs beaucoup d'encouragements du monde économique qui nous soutient totalement dans cette démarche d'avenir et porteuse d'espoir pour le territoire. » Quelle zone serait concernée ?

 

 « On travaille sur le lien entre nature et culture, en assoc

Label UNESCO : c'est encore long mais le début est prometteur
La délégation du comité national MAB a effectué une grande découverte en bacôve hier après-midi. La Voix du Nord
La délégation du comité national MAB a effectué une grande découverte en bacôve hier après-midi.© La Voix du Nord
Les experts du comité national français du label Man and Biosphere (MAB) de l'UNESCO ont découvert le marais audomarois en grandeur nature mardi. Le territoire est en bonne voie pour être labellisé, mais le chemin est encore long et tout le dossier reste à peaufiner. PAR DAVID MONNERY

saintomer@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

C'est bête à dire en plein coeur d'une zone humide comme le marais audomarois, mais mardi, il n'était pas prévu qu'il fasse aussi... humide justement. Résultat les six experts du comité national du MAB n'ont pas pu survoler le marais comme leur programme le prévoyait. Tant pis pour la vue d'ensemble. La délégation conduite par l'éminent Robert Barbault (1) est restée sur le plancher des choux-fleurs pour découvrir au plus près cet unique marais maraîcher de France et toujours habité.

Après la visite d'un maraîcher en pleine récolte du légume roi, et un tour aux Belles Échappées (loueur de Solex électrique entre autres), le comité a embarqué sur un bacôve pour découvrir le marais au fil de l'eau en profitant des commentaires d'élus et de techniciens du parc naturel régional.

« C'est toujours très intéressant de pouvoir suivre un projet de labellisation dès le début de la démarche, souligne Mireille Jardin, retraitée de l'UNESCO et membre du comité. Le chemin est long mais le début est prometteur et le parc porte ce projet avec énergie.

 » Cette visite était une première pour la plupart des membres de la délégation, mais tous ont déjà eu une présentation du travail qui est mené ici. « Nous venons pour apporter nos conseils et nos orientations, mais le travail, c'est le porteur de projet, le parc, qui le fait. Nous avons juste un rôle d'accompagnement pour qu'au final ce soit un bon dossier qui soit présenté à l'UNESCO. »

« Valeurs universelles »

Depuis sa création il y a quarante ans, c'est une certaine conception de la nature que MAB défend. « Avant on pensait qu'il fallait virer les gens pour préserver la nature. Or depuis sa création, MAB a affirmé tout le contraire en disant qu'il fallait le faire avec les acteurs du territoire en les associant à tous les échelons, même décisionnel. » MAB est donc l'inverse d'une mise sous cloche d'un territoire. « Notre idée de départ c'est de dire que la conservation n'est pas en opposition avec le développement et que la recherche permet de le démontrer . » La conservation, le développement et la recherche, trois thèmes que le parc devra mettre en valeur dans son dossier pour espérer décrocher le label à l'horizon 2013.

L'estampille UNESCO donnerait alors une tout autre dimension aux 3 730 hectares du marais audomarois qui jouerait alors dans la même cour que la Camargue ou le détroit du Danube.

« Ce label c'est aussi une mise en réseau des 564 réserves de biosphère qui existent dans 109 pays. » Un socle de « valeurs universelles » qui doivent permettre au marais de développer son activité maraîchère et touristique tout en préservant son cadre. Luc Barbier, chargé de missions au parc, fourmille de projets : « Si on ne se démarque pas des autres, on n'existe plus. Il faudra utiliser ce label », •

(1) Président du comité MAB, membre du conseil supérieur du patrimoine naturel et de la biodiversité (CSPNB), membre du comité écologie et gestion du patrimoine naturel du ministère de l'Écologie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité au museum d'histoire naturelle.

Les rédactions de La Voix du Nord 

 

En savoir plus

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

pierrot rochette 19/01/2013 19:56


bravo pour votre blog
votre sensibilité aux sites environnementaux protégées par l'unesco
m'épate

permettez-moi de vous offrir
une de mes chansons

QU'EST-CE QU'UN BIG BANG?

Un big bang, c'est le rêve de tout créateur, qu'il soit Dieu ou homme. Je me rappelle, sur ma route de vagabond-poète, d'avoir rencontré un jeune homme qui faisait du jogging sur place et qui
rêvait d'un métier payant qui lui permettrait de faire cela à journée longue.Deux ans plus tard, je le recroisai, il était devenu éboueur:))))

Je me rappelle d'en avoir rencontré un autre qui consacra 7 années à son rêve. Faire reconnaitre un bout de la forêt de la côte nord, Québec, Canada... comme patrimoine universel protégé par
l'unesco. Le hasard de la vie fut que je pus chanter son rêve dans un chalet de la côte nord où étaient réunis des gens de l'Unesco Paris et des membres du personnel diplomatique fédéral en
présence du jeune homme admirable.

Ce jeune homme admirable était devenu lui aussi éboueur universel de la beauté du monde aspiré par la danse de son big bang personnel au service de l'humanité.

CE QUE JE SAIS CE SOIR

je ne sais pas
si la femme guerrière existe
Karinne

peut-être
seras-tu la première?

je ne sais même pas
si le vagabond poète existe
Karinne

tellement
la mort
me suit
derrière

REFRAIN

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

COUPLET 2

je ne sais pas ce que t’as vécu
quand tu m’as vu, seul sur la route,
Karinne

ton chum a mÊme fait
demi-tour

je ne sais mème pas
si la femme guerrière si belle et si active
qui brûle en toi
Karinne

sait à quel point elle est
amour

COUPLET 3

Merci
pour avoir vu sous l’vagabond
autre chose qu’un vieux monsieur perdu
Karinne

t’es une vraie
femme-guerrière

merci
pour cette table, remplie de crabes
où pour vous tous j’ai humblement chante
Karinne

tout près
du jeune homme admirable


REFRAINFINAL

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

Pierrot
vagabond céleste
poète équitable

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com
www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

WWW.SIMONGAUTHIER.COM
http://www.tvc-vm.com/studio-direct-235-1/le-vaga bond-celeste-de-simon-gauthier
http://www.reveursequitables.com.centerblog.net

Bienvenue Chez Les Albrans

  • : Le blog de l'Association des Albrans
  • : Faire partager notre vie associative, donner les informations utiles aux chasseurs, aux pêcheurs et partager les problèmes écologiques et d'environnement avec les non initiés.
  • Contact

© Association Les Albrans - Beuvry
Tous droits réservés.
Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'association.

Rechercher

 

http://birtee.com/en/wp-content/uploads/2013/06/Logo-Facebook-fran%C3%A7ais.jpg

Merci de votre visite

compteur de visite html