Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 21:10

Urgence dans la thématique et action de terrain des citoyens dans des implications immédiates, le conseil régional a organisé  le 11 janvier 2011 une journée  destinée à présenter les projets accordés pour la biodiversité en région.

 

DSCN0925

Les 10 projets retenus émanent de scientifiques, d'observateurs, de structures impliquées dans l'environnement. Que ce soit sur des phases de recherches ou de mise en situation, les moyens déployés sont énormes et permettront, nous le souhaitons, une avancée bien réelle dans les études proposées.

 

Voir les projets 

 

Sensible à la thématique, je suis donc partie sur une journée de congés, au Conseil Régional pour écouter, apprendre et tirer des leçons. J'ai écouté, regardé, lu, rencontré les partenaires et je pensais réellement que la déclinaison des actions pouvait être utile et importante pour les Albrans.

Vous pouvez regarder les projets sur le site du conseil régional et vous attardez sur

AGRICOBIO à Guines (page 7).


Les  chasseurs y verrront sans doute ce qu'un aménagement de territoire signifie, au quotidien et la réalité des tarifs pratiqués... Il faut avancer ensemble, certes, il faut travailler toujours et encore pour que chasse, rime enfin avec écolo. Nous qui oeuvrons sans cesse avec un budget à zéro en permanence, devrions sans nul doute nous intéresser de près à ce qu'il est possible de réaliser avec les deniers publics. Belle expérience, certes qui ne peut que nous inciter à inventorier nos territoires avec une précision plus accrue, sans oublier les spécificités. Nous devrions ouvrir un journal de bord et formaliser en détail les travaux effectués et recenser TOUTE la vie que nous observons.

 

Non, je ne m'aventure pas sur un terrain glissant. Les actions doivent être toujours publiées et utilisées pour démontrer que nous travaillons tous, bénévolement la plupart du temps, à rendre la terre plus belle. Formalisons réellement nos efforts.

 

Oui, je suis d'accord  Jean PILNIAK, conseiller Régional de la région Picardie et je vous livre son intervention du 4 février 2011 qui dénonce les28 millions d'euros que perçoivent les associations de protection de la nature au plan national.

 


Commission permanente
Vendredi 4 février 2011
Soutien au programme 2011 de l’Association Picardie Nature
Rapport N° 76-02- 1
Intervention de Jean Pilniak
Groupe « Envie de Picardie »
Une fois de plus, nous examinons ici un rapport éminemment politique voire scandaleux à l’égard des quelques chasseurs qui vous sont restés fidèles par conviction.
Je me demande même dans quelles limites l’octroi de ces subventions du Conseil Régional ne devrait pas passer par un appel d’offre en regard du code des marchés publics.
Vous m’aviez en effet déjà fait remarquer tout récemment à propos des jumelles, des appareils photo et des GPS que Picardie Nature était une association à qui vous déléguiez des missions. Si missions il y a, je m’étonne de cette absence d’appel d’offre.
Au passage, vous avez tous remarqué la subtilité de cette association, Picardie Nature, pour intégrer dans leur tableau le bénévolat valorisé pour une somme de 560.000 €. Si chaque association se faisait rembourser ses heures de bénévolat, le budget de la Région pourrait y passer !
Et lorsque l’on découvre dans le budget prévisionnel que 336 330 € sont consacrés à l’observation de la faune, nous pourrions presque croire qu’aujourd’hui la surveillance des oiseaux passe avant toutes les autres préoccupations humaines !
Là, où j’ai eu les cheveux qui se sont dressés sur la tête ; c’est lorsque j’ai découvert dans ce rapport que Picardie Nature pourrait être l’acteur principal aux côtés d’autres pôles de compétences tels que l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage en lien avec les fédérations de chasseurs.
Savez-vous M. le Président, qu’en guise de lien avec les fédérations de chasseurs, cette association, par ailleurs affiliée à France Nature Environnement, vient d’attaquer les arrêtés de fermeture de la chasse, au Conseil d’Etat, pour obtenir en France la réduction de, presque un mois, la période de chasse des oies.
Alors que beaucoup savent mais pour ceux qui l’ignorent, trop nombreuses en Hollande, plus de 110 000 oies se font massacrer ou gazer chaque année dans la plus grande indifférence de ces protecteurs à qui vous souhaitez attribuer une fois de plus 253 619 € !
- 2 -
Si cette somme devait servir à l’intérêt général je pourrais le comprendre mais lorsqu’elle est utilisée en intérêt catégoriel comme pour attaquer les chasseurs, je ne peux cautionner.
Avec 253 000 €, on pourrait bien faire d’autres actions comme…..aider à l’installation d’un internat au lycée agricole d’Abbeville, par exemple. Quand on me dit qu’à la Région ‘’y a plus de fric’’, je réponds ça dépend pour qui. Voilà pourquoi je dis que c’est un rapport éminemment politique.
Monsieur le Président, Picardie Nature ayant dû fournir les pièces comptables au Conseil Régional pour obtenir ces subventions, je vous saurais gré de nous faire parvenir leurs bilan et compte de résultat des trois dernières années afin que nous puissions nous assurer du financement sur leurs fonds propres de la somme des 57 129 € comme prévu dans le plan de financement prévisionnel.
Nous souhaiterions également obtenir le compte-rendu des Assemblées générales des trois dernières années.
Etant donnée l’absence de compléments d’informations, constatant le comportement de cette association vis-à-vis du monde de la chasse et estimant que cet argent peut-être utilisé à des fins plus sociales et urgentes, notre groupe votera contre ce rapport.
Je vous remercie,

 

Et pour finir, un article de la Voix du Nord qui justifie des dépenses auprès des lycéens.

La biodiversité expliquée aux lycéens de Giraux-Sannier par un universitaire parisien

mardi 11.01.2011, 05:05  - La Voix du Nord

 Nicolas Rabet a présenté la biodiversité aux élèves avant de débattre avec eux. Nicolas Rabet a présenté la biodiversité aux élèves avant de débattre avec eux.
|  CONFÉRENCE |

Ouvrir le lycée sur le monde extérieur : c'est l'objectif du conseil régional qui organise, ...

 

en partenariat avec l'Université de tous les savoirs, un cycle de 50 conférences étalées sur deux années scolaires. L'une d'entre elles, animée par Nicolas Rabet, maître de conférences à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris), a eu lieu hier après-midi au lycée Giraux-Sannier.

« On cherche à faire entrer dans les lycées des universitaires de renom qui interviennent sur des questions d'actualité, de société... précise Dominique Rembotte, conseillère régionale et deuxième vice-présidente de la commission lycées. Ils ont un discours différent, une façon de penser plus complexe, ce qui permet aux lycéens d'élever leur niveau de connaissances. » Cinq classes de seconde, soit au total 150 élèves, ont assisté à la conférence. « Notre but est de leur offrir un maximum de rencontres,explique Maurice Balsam, documentaliste. Les élèves se sont préparés avec leurs enseignants. Cette conférence amorce aussi un travail sur la biodiversité, qui est au programme de seconde. Et qui sait, elle suscitera peut-être des vocations... »

« Support pédagogique »

Nicolas Rabet, enseignant-chercheur, travaille beaucoup sur l'évolution et la biodiversité. C'est ce thème qu'il a présenté hier aux élèves, avant de répondre à leurs questions. « Devant des lycéens, j'essaie de vulgariser, explique-t-il. Ils ne se rendent pas toujours compte de ce que sont notre vie, notre métier. On ne passe pas notre temps enfermés dans un labo, on fait aussi du terrain !

 » Le maître de conférences donne d'habitude des cours à des étudiants. Devant un public plus jeune, son travail est différent : « Je ne fais pas cours à la place du prof. Mon discours sert de support pédagogique, il permet d'aller plus loin et d'éclairer les cours. » Hier, les lycéens l'ont interrogé sur sa profession, sur la découverte de nouvelles espèces... mais aussi sur l'éventuelle disparition de l'espèce humaine.

Ils ont également réfléchi aux gestes qu'ils peuvent eux-mêmes accomplir au quotidien afin de préserver la biodiversité. •

CÉLINE RUDZ

Cinquante conférences sont programmées dans les lycées de la région au cours des années scolaires 2010-2011 et 2011-2012, pour un budget de 75 000 E.

 

Conclusion : rire ou pleurer, tenter de faire comprendre ce qu'est la biodiversité, déjà dans une commune alors que les citoyens se moquent éperdument de l'état de l'eau, encore plus de nos zones humides et aussi de la pollution de notre marais...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bienvenue Chez Les Albrans

  • : Le blog de l'Association des Albrans
  • : Faire partager notre vie associative, donner les informations utiles aux chasseurs, aux pêcheurs et partager les problèmes écologiques et d'environnement avec les non initiés.
  • Contact

© Association Les Albrans - Beuvry
Tous droits réservés.
Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'association.

Rechercher

 

http://birtee.com/en/wp-content/uploads/2013/06/Logo-Facebook-fran%C3%A7ais.jpg

Merci de votre visite

compteur de visite html