Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 09:58

Actu de la semaine sur le sanglier. Il fait la une de la voix du Nord et des dépèches de Good Planet.... 

 

 

 

Les agriculteurs victimes de sangliers de plus en plus nombreux sur le site des Caps
vn_2010701_px_512_.jpg
Pour Christophe Noyon, les sangliers se réfugient dans les terrains touffus du Conservatoire.... / La Voix du Nord
Depuis quelques années, les sangliers sont de plus en plus nombreux sur le site des Deux Caps. Les agriculteurs font les frais de leur voracité.

PAR EMMANUELLE DUPEUX

boulogne@lavoixdunord.fr PHOTO « LA VOIX »

Agriculteur et propriétaire de la Brasserie des Deux Caps à Tardinghen, Christophe Noyon ne peut plus voir les sangliers en peinture. C'est bien simple, il ne rêve que d'une chose : les éradiquer. Il faut dire que l'imposant animal lui mène la vie dure. « Depuis 3-4 ans, notre exploitation est régulièrement visitée par les sangliers et depuis 2 ans, ça s'aggrave, constate-t-il. Au début, il n'y avait que de petits grattages mais maintenant, il y a des dommages conséquents ! » La ferme de Belle Dalle a en effet la malchance de se trouver sur une zone de passage de sangliers, qui font des allées et venues entre le mont Hammel (boisé) et toute la zone entre le marais de Tardinghen et Wissant. Quand ils passent chez monsieur Noyon - la nuit - les suidés profitent du « garde-manger » qui s'offre à eux. En 2010, ils se sont ainsi largement remplis la panse dans 3 des 6 hectares de pois protéagineux qui avaient été semés. Presque totalement pillés.

Idem en début de semaine cette année, sur son terrain mais aussi à Bazinghen chez un collègue qui craint pour le maïs qu'il va bientôt semer. Et mi-mars, les 16,5 hectares d'orge de brasserie semées le 8 mars ont aussi reçu leur visite. Christophe Noyon a retrouvé ses champs en partie piétinés, creusés de larges sillons : « Les grains n'étaient pas encore levés mais les sangliers détectent le sillon, mettent le groin dans la terre et avancent tout droit ». Et vas-y que je croque dans les graines fraîchement germées ! Résultat : notre brasseur craint pour la qualité des grains (différence de maturité) qu'il récoltera cette année et redoute de ne pouvoir faire de bière de cru « Belle dalle ».

Paul Cousin, ancien maire du village et agriculteur, a aussi vu ses champs ravagés. « Tout l'hiver, plusieurs de mes pâtures ont été constamment visitées par des hardes de sangliers », souligne ce dernier dans un courrier adressé le 28 mars à la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais. « Nous sommes en proie à des dommages aux cultures de plus en plus importants, dûs à une régulation insuffisante des prédateurs ou même du gibier. »

« Ils n'ont rien à faire sur les Deux Caps » !

 

À l'instar du reste de la France, où ils sont en surpopulation, les sangliers débordent des forêts. Ils seraient présents autour de Tardinghen et Wissant depuis 3-4 ans, et de plus en plus nombreux. Sans doute plusieurs dizaines. Le problème est qu'« ils ravagent tout : les champs, les couvées d'oiseaux », le petit gibier... « Cet animal est un nuisible qui doit vivre dans les massifs forestiers, peste Christophe Noyon, qui est pourtant aussi chasseur, Il n'a rien à faire ici sur le site des Deux Caps, qui n'est pas son habitat naturel mais celui du lièvre ou du perdreau ! » L'agriculteur a contacté la fédération des chasseurs ainsi qu'Eden 62, gestionnaire du site, et écrit à la DDTM (Direction des territoires et de la mer) pour l'alerter et pour « que le préfet prenne des mesures ». Une battue administrative a eu lieu vendredi dernier et deux mères ont été prélevées. Trop peu ? « C'est parce qu'il y a des zones refuge dans les terrains du Conservatoire du littoral, des endroits très touffus, où les chasseurs ne peuvent pas pénétrer ! » accuse Christophe Noyon, qui montre sur la carte une zone à l'entrée de Wissant, aux alentours du Typhonium.

Éradiquer le sanglier ?

 

Sa solution ? « Il faut gérer le problème de façon concertée, pour mettre en place un plan pour éradiquer le sanglier » du site des Caps. Il propose ainsi de continuer à faire des battues administratives, et « mettre en place une petite équipe missionnée à l'année, en concertation avec les propriétaires privés et Eden 62 ». Toutes les parties prenantes adhéreront-elles à cette idée radicale de tuer tous les sangliers ? Pas sûr... En tout cas, elles s'entendront sans doute sur l'idée que les populations doivent être mieux régulées. Outre les dégâts aux agriculteurs, il y a aussi des risques d'accidents de la route : « Un jour, il va y avoir un mort ! Quand un sanglier est lancé, il ne réfléchit pas, il traverse. Va-t-il falloir grillager la route de la côte ? » •

 

 

Autriche: les sangliers toujours contaminés par les retombées de Tchernobyl
Autriche-les-sangliers-toujours-contamines-par-les-retombee.jpg
Un sanglier dans une forêt près de Vienne © AFP/Archives Dieter Nagl


VIENNE (AFP) - La viande de sanglier autrichien montre toujours des niveaux élevés de radioactivité à la suite des retombées de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, a annoncé vendredi l'ONG écologiste autrichienne Global 2000.

"Nos mesures sur la viande de sanglier montrent un dépassement clair de la limite autorisée en césium radioactif", a déclaré dans un communiqué Reinhard Uhrig, responsable des questions nucléaires pour Global 2000.

La viande testée affichait une radioactivité de 1.060 becquerels par kilo (bq/kg), alors que le niveau maximal autorisé est de 600 bq/kg, a précisé l'ONG.

"Cette viande aurait dû être détruite immédiatement et ne jamais se retrouver dans le commerce. Or nous l'avons achetée tout à fait normalement", a expliqué M. Uhrig lors d'une conférence de presse.

Les échantillons provenaient de viande achetée dans des régions particulièrement touchées par les retombées radioactives de l'accident de Tchernobyl.

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, dans le nord de l'Ukraine, près des frontières russe et bélarusse, a explosé, contaminant une bonne partie de l'Europe.

"Vingt-cinq ans plus tard, le césium radioactif s'est affaibli environ de moitié, mais affiche des niveaux encore trop élevés", dénonce encore Global 2000, qui milite pour l'arrêt du nucléaire. Les Autrichiens se sont prononcés contre l'énergie nucléaire par référendum en 1978.

Le risque concernant les sangliers est connu, notamment en raison de leur régime alimentaire qui comprend des champignons, dans lesquels se concentre les éléments radioactifs, rappelle Global 2000.

Dans les Länder allemands de Bavière et de Bade-Wurtemberg (sud), tous les sangliers abattus doivent être testés et certaines mesures ont déjà montré des concentrations de l'ordre de 10.000 bq/kg, selon l'ONG.

Global 2000 critique sévèrement l'Agence autrichienne pour la santé et l'alimentation (AGES), l'accusant de "désinformer activement" la population en minimisant l'impact sur la santé de la consommation de gibier potentiellement contaminé, avec l'argument que les quantités consommées sont faibles.

© AFP

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Bienvenue Chez Les Albrans

  • : Le blog de l'Association des Albrans
  • : Faire partager notre vie associative, donner les informations utiles aux chasseurs, aux pêcheurs et partager les problèmes écologiques et d'environnement avec les non initiés.
  • Contact

© Association Les Albrans - Beuvry
Tous droits réservés.
Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'association.

Rechercher

 

http://birtee.com/en/wp-content/uploads/2013/06/Logo-Facebook-fran%C3%A7ais.jpg

Merci de votre visite

compteur de visite html