Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:30
JOURNEE DE LA FEMME

Si la femme est mise en valeur le 8 mars, il est encore des pays où elle doit se battre pour exister en tant que telle. Chez nous, certaines difficultés perdurent encore.
Bonne fête à toutes les femmes du monde, à toutes celles qui s'engagent dans des actions de paix et de liberté, à mes amis SOROPTIMIST et, en particulier sur ce blog, à toutes les femmes qui ont du se battre pour être reconnues dans le monde de la chasse.

Chaque femme détenant un fusil, permis de chasser en poche a un jour ou l'autre entendu dire qu'elle devait cuisiner ou tricoter pendant que l'homme pouvait s'adonner à sa passion. Qui n'a pas entendu ricaner alors qu'elle manquait un superbe faisan, qui n'a pas entendu la question, eternelle ritournelle  -"Ah bon, tu chasses ????" et de partir d'un soupir ou d'un grand éclat de rire.

N'en déplaise à certains, encore un peu machiste dans cet environnement pourtant merveilleux, la femme tient une place honorable dans le monde cynégétique...

Des exemples de l' engagement féminin


Plusieurs associations regroupant des femmes chasseurs ont vu le jour ces dernières années. 

 

L’association « Les femmes et la chasse » a été créée en 2000. « Nous avons créé cette association à une époque où la chasse était très mal perçue », nous explique Sylviane Beaussy, la présidente, qui s’adonne à ce loisir depuis quarante-cinq ans. « Il s’agissait de montrer que la chasse n’est pas un milieu forcément macho, et d’adoucir l’image de cette activité trop souvent taxée de cruauté », ajoute-t-elle. « Même s’il faut parfois faire ses preuves au début, nous chassons d’égal à égal avec les hommes », renchérit Martine Pion, la présidente de la branche nationale de l’association « La chasse au féminin ».


 

Une passion souvent partagée en famille et la découverte des merveilles de la nature


 Le côté convivial de la chasse attire beaucoup de femmes  Des femmes pour qui l’éducation des plus jeunes revêt une grande importance : « Nous accompagnons les enfants pour leur faire découvrir la chasse, mais aussi et surtout la nature, que nous, chasseurs, connaissons bien ». La femme est souvent un lien intergénérationnel.

 

Ce qu'elles aiment à la chasse, mis à part le fait d'attraper du gibier, c'est la nature et l'atmosphère qui l'entourent. Pour la chasse au canard, nous devons arriver à notre poste à la nuit, très tôt le matin, . Nous voyons ainsi l'aurore, la levée du soleil, le fleuve qui change de couleur. C'est la sainte paix avant la poussée d'adrénaline !


Les atouts de la femme


Une sensibilité  et une approche différente du monde de la nature  rationnelle apporte souvent à la femme des atouts pour créer une dynamique. Elle défend sa passion, apporte son soutien aux instances cynégétiques et travaille à perréniser la chasse.

Une femme peut dénoncer plus facilement les démarches anti chasse, notamment dans certaines revues féminines.

 

Hélas, le combat n'est pas terminé, les chasseresses ont encore à apporter des preuves pour tenir leur place dans ce monde très masculin.


En 2009, la fédération régionale a organisé une session permis de chasser "spécial fille"

Je vous laisse découvrir l' article de la voix du nord de 2009.


Parce que les chasseresses étaient en voie de disparition dans le monde cynégétique, la fédération du Nord, installée à Chéreng, a décidé d'agir. L'opération séduction consiste en un permis de chasse au féminin. Comprenez une formation et un examen identiques aux hommes mais réservés à la gent féminine.

PAR CAMILLE RAAD

villeneuvedascq@lavoixdunord.fr «  C'est bien parce qu'on n'a pas le stress des hommes qui vont nous charrier, nous rabaisser ou nous juger. Surtout pour la pratique, l'arme à la main... Entre femmes, c'est différent », confie Estelle, 17 ans, l'une des vingt-quatre candidates à participer à cette première session de permis de chasse un peu spéciale. « On avait une érosion des chasseresses, confie Olivier Decout, responsable formation et organisateur du permis de chasse à la fédération de chasse du Nord. On a donc essayé de savoir pourquoi et on s'est rendu compte que le frein principal était qu'elles se retrouvaient dans des groupes mixtes sans jamais avoir manipulé une arme et qu'elles avaient peur du regard des hommes ... » La fédération départementale a donc résolu le problème : c'est « entre filles » qu'elles vont suivre un parcours classique pour décrocher le précieux sésame. À savoir, une journée de formation théorique (jeudi dernier), un examen théorique (le 28 mai), une formation pratique (les 5 et 12 juin) et l'examen final sur le terrain (en juin). « C'est vraiment très intéressant, poursuit Olivier lors de la formation théorique, jeudi, à Chéreng. Mais on savait déjà que la partie féminine de nos candidats était plus assidue, plus attentive aux explications. Là, elles prennent des notes, posent des questions très pertinentes et ne donnent pas l'impression d'avoir la science infuse, contrairement à d'autres... En général, on a plus de réussite avec les femmes parce qu'il y a cette recherche de la perfection. Je leur ai dit : "Je ne m'inquiète pas. Avec vous, je vise les 100 % de réussite". Je ne les laisserai pas tomber. Je serai avec elles jusqu'au bout. » Diverses motivations parmi les chasseresses en devenir, souvent en adéquation avec les objectifs de la fédération. « C'est plus pour être avec lui, confie Charlotte, 22 ans. Pour pouvoir y aller avec des copains et ne pas être la nunuche qui ne connaît rien. » Olivier reprend : «  Ce ne sont pas seulement des filles qui ont vu leur père ou leur frère aller à la chasse. Elles aussi veulent profiter d'un loisir nature en famille. Gérer un territoire, participer au recensement des espèces et l'acte de chasse sont des choses très enrichissantes qui peuvent aussi se vivre ensemble. » Lorsqu'elles en ont envie, car certaines veulent vivre leur passion sans dépendre de qui que ce soit. « Je me suis mise à la chasse à ma retraite, explique Catherine, 55 ans. Et je le fais pour moi. J'ai mes propres amis de chasse.

 » Pour d'autres, c'est un véritable défi. « Ils sont un peu machos ! Mon mari m'a dit : "Tu ne l'auras jamais ou alors, on va te le donner !" C'est aussi pour montrer qu'une femme est capable de passer le permis de chasse. » Cette image du chasseur machiste justement, la fédération n'en veut plus. «  C'est aussi pour couper court à toutes ces idées reçues même si c'est vrai qu'il y a quelques machos chez nous. Mais on est dans un monde où l'égalité des sexes est indéniable. Il faut aussi qu'on joue le jeu dans les loisirs. D'ailleurs, il y a pas mal de postes à responsabilités occupés par des femmes dans l'univers de la chasse. Les femmes sont plus sérieuses, plus aptes à endosser des responsabilités. Et ça nous embête d'en voir de moins en moins. » Quant à la supposition d'un permis au rabais : «  L'inspecteur n'aura aucun parti pris. C'est un examen national officiel. Que l'on soit une dame ou un homme, c'est pareil. Et puis, avec toute l'importance accordée à la sécurité, on ne pourrait pas se permettre de faire ça. » Et Bertrand Decanter, directeur de la fédération de chasse du Nord de conclure : «  Les chasseresses vont être un trait d'union entre le monde macho d'hier et la société de demain où la femme occupera une place plus importante ». •

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bienvenue Chez Les Albrans

  • : Le blog de l'Association des Albrans
  • : Faire partager notre vie associative, donner les informations utiles aux chasseurs, aux pêcheurs et partager les problèmes écologiques et d'environnement avec les non initiés.
  • Contact

© Association Les Albrans - Beuvry
Tous droits réservés.
Reproduction (même partielle) interdite sans l'accord écrit de l'association.

Rechercher

 

http://birtee.com/en/wp-content/uploads/2013/06/Logo-Facebook-fran%C3%A7ais.jpg

Merci de votre visite

compteur de visite html